Montaillou en été

2021 : Présentation de nos Terres Agricoles

L’exploitation maraîchère de Jean-Philippe à Montaillou ne s’est pas faite toute seule ! Pour se développer et cultiver plus, il lui a fallu quelques parcelles de terre. Initialement, il en avait déjà une : le jardin de dessus

Toutefois, cette année, il a pu bénéficier de plusieurs autres parcelles, et ce, grâce aux habitants de Montaillou.

En mars, il récupère le jardin de dessous. Début avril, un éleveur lui confie une terre à l’entrée du village, que nous appelons le champ. C’est en mai que deux autres terrains viennent s’ajouter au reste : la parcelle de Barri d’en Fort et le champ de l’Escoula.

Découvrez dès à présent chacune des terres que nous avons et sur lesquelles nous travaillons.

Le jardin de dessus

Voici la toute première parcelle sur laquelle Jean-Philippe travaille depuis quelques années ! Pourquoi « jardin de dessus » ? Eh bien car il s’agit d’un potager en hauteur. Il se situe dans le jardin de sa maison secondaire, à Montaillou.

C’est ici qu’il cultive ses légumes pour lui et sa famille. Par ailleurs, l’année dernière, c’est aussi sur le jardin de dessus qu’il a fait quelques tests préliminaires : les cultures qui poussaient ou non, quand, comment, etc. Grâce à cela, il a officiellement décidé de se lancer dans une exploitation maraîchère à la montagne.

Le jardin de dessous

Jean-Philippe a récupéré le jardin de dessous en mars 2021, au tout début du lancement de son activité maraîchère. Avant qu’il ne rende le terrain cultivable, il s’agissait d’une parcelle laissée en jachère depuis des années.

Mais pourquoi l’appelle-t-on « jardin de dessous » ? Eh bien tout simplement car au même titre que son voisin, ce bout de terrain fait partie de sa résidence secondaire. Or, celui-ci est situé en contrebas de son jardin. 

Le champ

En avril, nous nous sommes agrandis avec le champ. Le champ est une grande parcelle qu’un éleveur du coin a donné à Jean-Philippe afin qu’il se développe. Il se situe à l’entrée du village, et est entouré de montagne. Nous avons pris la décision de couper une bonne partie du champ en plusieurs planches. D’ailleurs, c’est ici que Jean-Philippe m’a confié deux de ces planches afin que je puisse travailler mes propres cultures. Je les ai appelées « Les planches de Laurie » (les n°3 et 4).

La parcelle de Barri d'en Fort

La parcelle de Barri d’en Fort nous a été donnée au mois de mai. Il s’agit d’un jardin appartenant à l’une des habitantes de Montaillou mais dont elle ne se servait plus. Ayant entendu dire que Jean-Philippe montait son exploitation maraîchère à la montagne, elle a voulu l’aider en lui permettant de s’agrandir un peu plus encore. C’est ici que nous cultivons principalement les légumes d’été (tomates, aubergines, courgettes, etc.).

L'Escoula

L’Escoula est la dernière parcelle que nous avons acquise. Au tout départ, ce grand champ en contrebas du village appartient à un habitant de Montaillou qui y cultive ses propres légumes. Toutefois, il a offert à Jean-Philippe la moitié de son terrain. C’est à cet endroit que nous avons planté (avec l’aide de ce généreux monsieur) les nombreuses pommes de terre que Jean-Philippe avait en réserve.

L’entraide et la générosité à Montaillou nous a permis de nous agrandir et de cultiver plus de légumes. C’est pourquoi nous tenons à remercier toutes ces personnes qui soutiennent le projet de maraîchage et contribuent à son développement !

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer