Définition simple de la permaculture

Comment définir simplement la permaculture ?

Qu’est-ce que la permaculture ? Un système de culture biologique ? Un phénomène de mode ? Une nouvelle forme d’agriculture ? Tout le monde connaît ce terme. Or, personne (ou presque) ne saurait le définir simplement. Pourtant, la permaculture est un concept accessible à n’importe qui ! Vous et moi pouvons l’appliquer, et pas seulement au potager : l’habitat et l’économie sont également deux domaines où elle est présente. Vous me direz très bien très bien, maintenant, explique-nous un peu en quoi elle consiste ! Au vu de votre impatience, je ne vous ferai pas attendre davantage. Découvrez dans cet article la définition simple de la permaculture.

Définir simplement le concept de permaculture

Panorama de la montagne depuis le Mont Fourcat

Origine et principes de la permaculture

L’origine de la permaculture remonte aux années 1970. Ce sont les Australiens fondateurs Bill Mollison (scientifique) et David Holmgren (essayiste) qui introduisirent les premiers ce terme.

Mais d’où provient-il exactement ?

Il s’agit d’un mot-valise créé à partir de l’expression permanent agriculture. La permaculture désigne donc un système de culture durable qui vise l’autonomie.

Un système de culture, bien. Vous avez compris que la permaculture s’adresse en premier lieu à la terre et la nature.

Pourtant, cela va bien au-delà de ça !

Démarrer un projet permaculturel, c’est adopter un mode de vie tout à fait différent. Il s’agit même d’une véritable philosophie. Voici quelques principes qui y sont étroitement liés :

  • être moins consumériste ;
  • devenir plus minimaliste ;
  • observer l’environnement ;
  • respecter la nature ;
  • favoriser la biodiversité ;
  • réduire ses déchets ;
  • capter et stocker l’énergie ;
  • construire son habitat écologique ;
  • etc.

Bien entendu, vous n’êtes pas obligé d’appliquer tous ces principes. Mais gardez à l’esprit que la permaculture est un véritable choix de vie, simple et authentique.

Les trois piliers éthiques

La permaculture est définie par des principes mais aussi par trois piliers éthiques fondamentaux. Il est important de connaître ces valeurs pour bien la comprendre.

  1. Prendre soin de la Terre : ce premier pilier consiste à protéger la nature. Bien sûr, il est inutile de réaliser de grandes opérations pour résoudre tous les problèmes environnementaux. Mais il est tout à fait possible d’agir à notre échelle. Des dizaines de petits gestes peuvent être réalisés pour contribuer à la protection de l’environnement : respecter la nature, éviter de polluer, consommer des produits locaux et de saison, cultiver son propre potager, tendre vers le zéro déchet, etc.
  2. Prendre soin de soi et des autres : la philosophie permaculturelle s’inscrit aussi dans une dimension humaine. En effet, elle vise le bien-être de l’être humain, à commencer par soi-même. Veiller à se sentir bien, à réduire son stress et les tracas du quotidien, soigner ses blessures (tant physiques que psychologiques) sont autant d’habitudes importantes à prendre. Concernant les autres, la permaculture veut que l’on soit dans la communication, la non-violence, l’empathie et le respect.
  3. Partager équitablement : au cœur d’une société de surconsommation, ce troisième et dernier pilier permet de se questionner sur les véritables besoins de l’homme. Le partage a pour objectif de redistribuer son surplus aux autres (ou bien de faire du troc). L’avantage ? Ne jamais rien jeter en en faisant profiter l’entourage (famille, amis, voisins). Il peut s’agir des légumes du potager, d’accessoires divers et variés, de vaisselle ou d’objets dont on ne se sert plus.

Comment la mettre en pratique dans son potager ?

Une botte d'oignon accompagnée d'une pioche

Comme je l’ai écrit précédemment, la permaculture est un vrai mode de vie. Vouloir l’adopter signifie de tendre vers l’autonomie et l’autosuffisance alimentaire. Pour ce faire, quelques méthodes sont à connaître et à appliquer pour bien commencer un projet en permaculture. Voici quelques préceptes :

1- Observer l’environnement : l’observation est une première étape capitale pour commencer en permaculture. Avoir connaissance de vos ressources permet de vous adapter à ce que vous pouvez travailler ou non dans votre potager. Le climat, le type de sol, la présence d’insectes et d’animaux, l’espace disponible, l’exposition (ensoleillée ou ombragée), les spécificités de votre région sont tout autant de critères qu’il est nécessaire de prendre en compte avant de commencer vos cultures.

2- Créer son propre design permaculturel : voilà un critère indispensable ! Le design est une notion qui définit le futur aménagement du potager que l’on va créer. Sur un papier, un carnet ou un cahier, schématisez-le en définissant vos besoins et en tenant compte de vos ressources. Ce dessin représente la ligne directrice à suivre. Les objectifs sont multiples : organiser ses cultures, créer des planches et/ou buttes, réfléchir aux différentes associations possibles, optimiser l’espace, harmoniser l’ensemble, etc.

3- Prendre soin de son sol : la qualité de votre sol joue sur la bonne croissance de vos plantes. Si vous en prenez soin, vos fruits et légumes seront bien meilleurs ! Il est donc indispensable de conserver ou de rendre un sol plus riche et fertile.

  • Semez des engrais verts.
  • Bannissez pesticides et fongicides.
  • Paillez votre sol avec de mauvaises herbes pour lutter contre la chaleur et les gelées. Favoriser un système de paillage permet également de réduire l’arrosage.
  • Apporter des éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium) grâce à l’amendement et à la fertilisation : compost, fumier, cendres, purin, etc.

4- Développer la polyculture : ce terme désigne le fait de cultiver différentes plantes à proximité sur une même parcelle. Cette méthode a des atouts indéniables :

  • L’optimisation de l’espace : la combinaison de plantes grimpantes et rampantes permet un gain de place non négligeable.
  • L’association culturale : les plantes compatibles cultivées ensemble vont mutuellement s’aider à bien croître (exemple : pomme de terre/chou – oignon/carotte).
  • L’augmentation de la biodiversité : la multiplication des cultures favorise la venue d’insectes nécessaires à la vie du sol.

5-Favoriser la rotation des cultures : cette tâche est primordiale si vous souhaitez régénérer votre sol et conserver la qualité de vos fruits et légumes ! Pour bien se développer, les plantes absorbent des nutriments présents dans le sol. Si vous semez à nouveau ces mêmes plantes aux mêmes emplacements l’année suivante, le sol ne pourra plus les nourrir correctement. Attendez au moins quatre ans avant de placer à nouveau une plante sur la même parcelle.

Vous souhaitez favoriser la biodiversité dans votre jardin ? N’hésitez pas à consulter l’article Comment attirer les abeilles sauvages chez soi ? pour en savoir plus !

La forêt : un modèle d'écosystème à suivre

La forêt en montagne

Selon un article du journal du CNRS, imiter la nature est un enjeu fondamental pour le XXIème siècle.

Utilisant les termes « bio-inspiration » ou « biomimétisme », il indique que l’environnement est une solution dans tout un tas de domaines : « Se nourrir, penser les nouveaux matériaux, sortir des énergies fossiles, traiter l’information, développer l’économie circulaire, et même repenser notre habitat, toutes les solutions semblent être déjà dans la nature. ».

Alors, la prochaine fois que vous vous promènerez en forêt, soyez attentif à ce qui vous entoure. Vous vous rendrez compte que ce milieu est pourvu d’un écosystème riche, dense et surtout… autosuffisant !

Vous pouvez donc largement vous en inspirer pour créer votre potager.

La forêt est un espace qui ne reçoit aucune intervention extérieure, qu’elle soit humaine ou chimique.

Elle parvient à se suffire à elle-même à l’aide de ses propres ressources.

C’est en utilisant le soleil, l’eau, les minéraux et végétaux dont elle dispose qu’elle perdure dans le temps. Par ailleurs, c’est en véritable créatrice qu’elle engendre énergie et biomasse pour se développer pleinement.

La façon dont la forêt s’alimente est très inspirant pour démarrer un potager permaculturel ! La matière recouvrant le sol (végétaux, feuilles, excréments, bois mort, etc.), aussi appelée « litière », est consommé par de nombreux micro-organismes. Une fois digérée, cette litière se transforme en humus (vous pouvez consulter sa définition dans le glossaire) qui va fertiliser et nourrir la terre, et, de façon plus large, la forêt.

Nul besoin d’un quelconque pesticide ou engrais chimique pour préserver un écosystème vivant et productif !

Sachez qu’il est possible de recréer le modèle de la forêt naturelle chez soi. Il s’agit du système de la forêt nourricière.

Elle doit principalement être composée d’arbres, d’arbustes et de plantes dans un espace dédié. Sur le long terme, l’interdépendance des végétaux rendra votre forêt « artificielle » autonome : peu d’entretien pour une production abondante !

Maintenant que vous savez ce qu’est la permaculture, n’hésitez pas à télécharger l’infographie sur la permaculture qui vous illustre simplement sa définition ! 

Et vous, souhaitez-vous démarrer un projet de permaculture ? Dites-moi tout en commentaire ! 🙂

Partagez cet article
Pour aller plus loin…
Découvrez d'autres articles pour en apprendre un peu plus sur notre univers ! 🙂

VOUS AIMERIEZ CRÉER VOTRE PROPRE POTAGER ?

Recevez maintenant par mail mon guide ultime :

« Créer un potager en 6 étapes »

Comment bien choisir ses légumes à cultiver 
✅Savoir évaluer ses besoins en fonction de son projet
✅Apprendre à préparer le sol et entretenir ses cultures
✅Connaître les différentes méthodes de conservation
✅De nombreuses photos 
✅Un glossaire récapitulant les termes difficiles

En vous inscrivant à la newsletter, vous consentez à ce que Le Potager d'Aillou, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de vous envoyer des communications par voie électronique. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour faire valoir votre droit d’accès, de rectification ou d’effacement, consultez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer