Un enclos de poules

Comment Construire un Poulailler Soi-Même ? – Le Tuto à Suivre

Un enclos de poules

Comment construire un poulailler soi-même en 6 étapes ?

Aaah nos chères amies les poules ! Ces jolies petites cocottes qui caquettent nous apportent beaucoup de bonheur. Et pour cause : en plus de leur bouille adorable, elles pondent de bons œufs frais. Alors oui, avoir des gallinacés qui gambadent et grattent le jardin, c’est super. Mais encore faut-il pouvoir les accueillir dignement ! Pour ce faire, rien de mieux que de fabriquer leur maisonnette avant leur adoption. Découvrez dans cet article comment construire un poulailler soi-même en 6 étapes.

Comment construire un poulailler ? Un exemple tiré de notre expérience

Jean-Philippe et moi avons adopté un coq et nos 4 premières poules en novembre 2021. À ce moment-là, l’un de nos voisins nous avait donné un petit poulailler déjà construit. Il nous a bien dépanné pendant quelques mois !

Mais nous voulions construire le nôtre. Une demeure spacieuse où nos cocottes profiteraient d’un confort maximal. Alors, avec un peu d’imagination et de créativité, nous l’avons commencé. À l’aide de palettes, de bois et de tôles, nous avons construit le poulailler qui, aujourd’hui, loge nos poulettes.

J’écris « nous » mais je dois avouer que sur ce projet, c’est surtout Jean-Philippe qui a travaillé. Je ne suis pas très bricoleuse même si j’aimerais bien m’y mettre. Mais je n’ai quand même pas chômé ! Je prenais des notes de chaque étape tout en photographiant l’évolution. Et je trouve ça plutôt pas mal non ?!

Toujours est-il que cet article vous partage notre propre construction par rapport à notre espace. Vous pouvez suivre tout ou partie de notre travail. Vous en inspirer. Et même nous plagier ! Promis, nous ne demanderons pas de « droit d’auteur ». 😉

Petit conseil avant de démarrer : je vous recommande vraiment de construire le poulailler avant d’adopter vos cocottes. Une fois monté, vous pourrez percevoir les défauts et les corriger avant l’arrivée des poules.

Vous êtes prêt ? Alors, c’est parti !

Étape 1 : aplanir la terre

Dans la tête de Jean-Philippe, le plan du poulailler est très clair. Tout est calculé et millimétré ! L’habitacle de nos cocottes sera attenant à notre hangar à bois et à un grand mur cimenté. Nous avons donc déjà deux murs de prêts. Et c’est un bel avantage !

Mais il reste quand même encore beaucoup de choses à réaliser. Il est donc temps de transformer les schémas en pratique. C’est au mois de décembre que nous commençons la fabrication.

La première étape correspond au travail du sol sur une surface de 2m sur 2m. Rien de bien compliqué, je vous rassure. Au contraire ! Nous nivelons simplement le sol à l’aide d’un râteau. Puis, nous la tassons afin qu’elle soit totalement aplanie.

Cette étape est cruciale. Vous imaginez bien que si nous avions construit un poulailler sur un sol bancal, cela n’aurait pas été très futé…

Étape 2 : fabriquer le sol

Lorsque le sol est nivelé, nous y disposons 4 cartons. L’intérêt ? Éviter que les mauvaises herbes poussent à l’intérieur de l’habitacle lorsqu’il sera en place.

Jean-Philippe pose ensuite 4 palettes en bois sur ce nouveau sol cartonné.

Nous sommes partis quelques jours après acheter des planches en bois OSB. Les panneaux OSB sont un ensemble de couche, principalement composé de copeaux de bois. Ces derniers ont été orientés dans des directions spécifiques lors de l’assemblage.

Nous avons opté pour ces types de planches pour les nombreux avantages qu’elles offrent : légèreté, confort et durabilité. Sans oublier sa très grande qualité en termes d’isolation ! Elles retiennent la chaleur l’hiver et préserve la fraîcheur en été.

Jean-Philippe découpe les planches afin qu’elles soient correctement disposées sur les palettes. J’interviens ensuite pour une action CA-PI-TALE : peindre les panneaux. Non non, je ne peins pas pour rendre le sol de mesdames ces poules plus esthétique. Je passe le rouleau pour le protéger de l’humidité et de la pourriture.

Dernière sous-étape : Jean-Philippe cloue les planches aux palettes pour bien les maintenir.

Des cartons par terre
Jean-Philippe découpe une plaque de bois
Plaque de bois sur des planches

Étape 3 : monter les murs

Il est maintenant temps de monter les contours du futur poulailler ! Comme je l’écrivais au début de cet article, nous en avons déjà deux : un mur bétonné et une partie du hangar à bois (construit à l’aide de planches en bois). Il ne nous en reste donc plus que deux autres à fabriquer.

Jean-Philippe installe des piliers en bois aux extrémités du futur poulailler. Il les enterre à environ 50cm pour qu’ils tiennent bien. Il y en a 3 en tout.

Aux deux extrémités des piliers (en haut et en bas), il cloue des planches pour les maintenir droits (photo 3). Sur cette même photo, vous pouvez voir que la partie droite du mur est laissée « vide ». C’est normal : c’est à cet endroit que se situera la porte.

Il rassemble ensuite de grandes planches en bois (les mêmes que celles utilisées pour le hangar, voir les troisième et quatrième photos). Je l’aide à positionner la toute première. De cette façon, il peut la clouer et la visser aux piliers. Une fois la planche parfaitement stabilisée, il en superpose une seconde et réitère le même geste : clouer et visser. Il continue jusqu’à atteindre le sommet des piliers.

Les piliers d'un poulailler fait maison
Pose de piliers pour construire un poulailler
Construction d'un mur d'un poulailler
Jean-Philippe cloue des planches
Le mur d'un poulailler

Étape 4 : mise en place du toit

Nous sommes presque au bout de la construction ! Il n’y a rien de difficile, mais c’est tout de même un beau travail de bricolage (et de photographie pour ma part…).

Cette étape est essentielle pour que nos cocottes soient protégées intégralement : l’installation du toit de la maisonnette.

Pour commencer, Jean-Philippe installe un support au-dessus des murs. Ce support servira à maintenir correctement le toit. Comment fait-il ? Il superpose des planches horizontales et verticales. Il les cloue ensuite là où elles se croisent (voir la première photo).

La prochaine étape est plus délicate à réaliser. JP et moi soulevons 3 tôles assez lourdes au-dessus des murs. Nous les positionnons correctement sur le support, entre le mur bétonné et celui qui lui fait face. JP le cloue pour qu’elles restent fixes et stables. Aucune chance qu’il s’envole avec le vent ! Mais, par précaution, nous plaçons quelques plaques en pierre dessus (voir la troisième photo).

Notre poulailler est enfin presque terminé !

JP cloue le support du toit
Le support du toit d'un poulailler
Le toit d'un poulailler

Étape 5 : construire l’enclos

Les poules dorment dans leur poulailler, au chaud dans la paille. Mais en journée, elles adorent gambader partout. Comme nous ne souhaitons pas les laisser en totale liberté dans notre jardin (nous pouvons dire adieu à nos beaux potagers sinon), nous devons leur fabriquer un enclos.

JP utilise des piquets en fer qu’il plante à quelques mètres les uns des autres. Puis, il rajoute un grand grillage tout autour. Nous le fixons tous les deux à l’aide de fil de fer (moi je le coupe, lui attache le grillage et le piquet avec).

Nous ajoutons une petite porte verte pour entrer et sortir facilement dans l’enclos. C’est important si nous voulons nourrir nos cocottes facilement.

Porte qui ferme l'enclos
Un enclos de poules

Étape 6 : s’occuper des finitions

Nous voici arrivés à la toute dernière étape de cette construction harassante. Il est temps de s’occuper des finitions.

À l’intérieur du poulailler, nous avons créé un petit cocon douillet pour qu’elles dorment en hauteur. Et ce, avec ce qui se trouvait dans le jardin. Une palette, deux grands rondins de bois de la même hauteur et un grand panneau posé dessus… Pour y accéder, nous avons placé une planche lisse avec une grille et un morceau de palette prédécoupé dessus. Cela facilite la montée des cocottes.

Nous avons utilisé Cheftaine pour tester les montée et descente. Elle y est arrivée sans peine, nous rendant satisfaits.

Nous avons ensuite ajouté une bonne couche de paille sur la planche en hauteur et au sol. Un abreuvoir, une mangeoire et deux cagettes où nos petites poules pourront pondre.

À la toute fin, JP ajoute la grande porte qui permet de fermer le poulailler.

Conclusion ? Nous avons transféré nos poulettes d’un enclos à l’autre et… Je les trouve beaucoup plus heureuses dans leur nouvelle maison. L’espace qu’elles ont pour courir est plus grand. Le petit plus non négligeable : il est tapissé d’une herbe verte délicieuse. Et leur poulailler leur plaît beaucoup. Elles l’ont adopté immédiatement. Tite Rousse s’est même créé un petit nid. Les autres se servent des caisses pour pondre. Notre construction est une réussite et nous en sommes très fiers !

Néanmoins, nous avons remarqué quelques erreurs suite à la construction de notre poulailler. En effet, nous devons rajouter un isolant pour que les poules soient totalement à l’abri du froid et des courants d’air. Ce sera donc notre prochaine et dernière étape !

L'intérieur d'un poulailler
Planche pour que les poules grimpent en hauteur
Perchoir de poules
Deux cagettes avec de la paille dedans
Porte d'un poulailler
Un enclos de poules

Maintenant que je vous ai expliqué comment construire un poulailler soi-même (avec des matières simples et naturelles), c’est à vous de créer le vôtre ! Avez-vous déjà une idée de son agencement ? De la hauteur ? De la grandeur ? Combien aurez-vous de poules à loger ? N’hésitez pas à me raconter toutes vos petites anecdotes en commentaire. 😊

Partagez cet article
Pour aller plus loin…
Découvrez d'autres articles pour en apprendre un peu plus sur notre univers ! 🙂

VOUS AIMERIEZ DEVENIR AUTOSUFFISANT ALIMENTAIRE ?

Recevez maintenant par mail mon guide ultime :

« Viser l'autosuffisance alimentaire en fruits et légumes »

✅Pourquoi il est important de viser l’autosuffisance alimentaire
Les étapes à suivre pour viser l’autosuffisance alimentaire en fruits et légumes
✅Comment construire ce projet et atteindre son objectif
Commencer et développer un potager autosuffisant
✅Apprendre à conserver ses aliments
✅De nombreux tableaux, schémas et photos
✅Un tableau des fruits et légumes de saison

En vous inscrivant à la newsletter, vous consentez à ce que Le Potager d'Aillou, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de vous envoyer des communications par voie électronique. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour faire valoir votre droit d’accès, de rectification ou d’effacement, consultez notre politique de confidentialité.

2 réflexions sur “Comment Construire un Poulailler Soi-Même ? – Le Tuto à Suivre”

  1. bonjour
    par rapport a l’enclos : descend il dans le sol sinon comment se protéger de mister goupil ? et au-dessus est il fermé ou bien n’y a t ‘il pas de rapace par chez vous ?
    bravo le petit hôtel a cocotte !
    cldt

    1. Bonjour Annie !

      Dans notre cas, notre jardin (là où nous avons construit le poulailler) est bien protégé. Aucun renard ne peut entrer ou se faufiler par un quelconque endroit ! Autrement, pour éviter leur venue, il est conseillé de construire un enclos assez haut (plus d’1m20/30) et enterré également à environ 30/40cm de profondeur. Vous pouvez aussi installer des dalles pour le dissuader de creuser.

      Nous n’avons pas fermé notre poulailler en hauteur, nous ne risquons pas d’être embêtés par les rapaces. 🙂 Mais vous pouvez tout à fait aménager une fermeture si vous rencontrez ce type de problème.

      Et merci beaucoup pour ce beau compliment qui nous fait plaisir !!

      Je vous souhaite une excellente soirée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 réflexions sur “Comment Construire un Poulailler Soi-Même ? – Le Tuto à Suivre”

  1. bonjour
    par rapport a l’enclos : descend il dans le sol sinon comment se protéger de mister goupil ? et au-dessus est il fermé ou bien n’y a t ‘il pas de rapace par chez vous ?
    bravo le petit hôtel a cocotte !
    cldt

    1. Bonjour Annie !

      Dans notre cas, notre jardin (là où nous avons construit le poulailler) est bien protégé. Aucun renard ne peut entrer ou se faufiler par un quelconque endroit ! Autrement, pour éviter leur venue, il est conseillé de construire un enclos assez haut (plus d’1m20/30) et enterré également à environ 30/40cm de profondeur. Vous pouvez aussi installer des dalles pour le dissuader de creuser.

      Nous n’avons pas fermé notre poulailler en hauteur, nous ne risquons pas d’être embêtés par les rapaces. 🙂 Mais vous pouvez tout à fait aménager une fermeture si vous rencontrez ce type de problème.

      Et merci beaucoup pour ce beau compliment qui nous fait plaisir !!

      Je vous souhaite une excellente soirée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer