Deux poules et un coq dans un poulailler

Comment adopter une poule et bien s'en ocuper ?

Adopter une poule. En voilà une bonne idée ! Vous connaissez sans doute les nombreux avantages qu’apportent ces cocottes. Au fond de leur poulailler, elles pondent des œufs frais. Dans leur enclos, elles chassent les insectes et réduisent vos déchets organiques. En plus de ça, ce sont des animaux domestiques affectueux, drôles, intelligents et attachants. Mais il est important de bien savoir s’en occuper : où les acheter, à qui, aménager un poulailler, les nourrir et les câliner… Vous adoptez une poule ? Alors c’est parti pour découvrir comment bien l’accueillir dans votre jardin.

Comment adopter une poule ?

Que faites-vous ? Vous sautez dans votre voiture direction une animalerie ? Pour quoi ça ?

Acheter une poule Laurie, enfin, quelle question !

Bien sûr, suis-je bête ! Mais… je ne suis pas convaincue que vous précipiter là-bas soit une très bonne idée. Est-ce que je peux vous inviter à rester un peu plus avec moi ?

Je crois qu’il est important que nous discutions ensemble de votre projet.

Combien de poules devez-vous accueillir ?

Bien, maintenant que nous sommes confortablement installés, un café dans les mains, nous pouvons échanger sur votre grand projet. Vous souhaitez donc adopter une poule. Quelle idée merveilleuse ! Je vous félicite pour cette initiative. Mais dites-moi, vous n’en désirez qu’une seule ? Oui ?

Alors je suis au regret de vous annoncer votre premier problème. La poule est un animal sociable qui vit en communauté. Exit l’indépendance du chat ou la solitude du poisson rouge. Sans copines joyeuses et bavardes à ses côtés, votre animal sera bien malheureux.

Je vous conseille donc d’adopter deux poules au minimum. Si vous en voulez plus, alors suivez librement vos envies. Vos petits volatiles vous en seront reconnaissants.

Une poule rousse

Où acheter des poules ?

Une animalerie, voilà la réponse ! En tout cas, c’est là-bas que vous comptiez aller tout à l’heure.

Mais ne croyez-vous pas qu’il existe de meilleurs endroits pour adopter des poules ? Je ne prétends pas être en conflit avec les animaleries. Elles ne m’ont rien fait du tout. Or, vous n’aurez jamais d’aussi bons conseils qu’en passant par un professionnel.

Je vous recommande donc d’acheter vos gallinacées chez un éleveur avicole. Il y a de nombreux avantages à choisir cette option :

  • L’éleveur saura répondre à toutes vos questions.
  • Il vous conseillera au mieux dans votre choix.
  • Vous serez sûr de la provenance des volatiles.
  • Vous achèterez des poules en excellente santé.

Les deux derniers points sont très importants à prendre en compte. En animalerie, il est possible que les poules (ou tout autre animal) ne soient pas bien traitées. D’après la Fondation 30 millions d’amis, une jardinerie suscita la polémique après avoir vendu des poules entassées et blessées.

Ne me regardez pas avec de gros yeux effarés ! Je ne veux pas vous faire peur. Tout peut très bien se passer dans une animalerie.

Mais un éleveur avicole portera beaucoup plus d’amour (et de soins) à ses animaux qu’une grande enseigne.

Pensez aussi aux salons avicoles ! En plus d’être conseillé, vous pourrez y découvrir de nombreuses races. Renseignez-vous sur les événements qui ont lieu près de chez vous. Jouez les curieux en y allant, vous apprendrez un tas d’infos hyper intéressantes !

Quelles races choisir ?

Tiens, voilà un excellent sujet de transition ! Les races.

Comme je vous l’ai écrit, il en existe de nombreuses. Selon l’article de Futura-Sciences, pas moins de 400 races sont recensées dans le monde. De quoi avoir le tournis !

Commençons déjà par cette question : pour quelle.s raison.s voulez-vous une poule ? Oh ne me regardez pas avec ces petits yeux moqueurs ! Je me doute bien que vous avez envie d’œufs frais tous les matins.

Mais ces petites bêtes sont bien plus que de simples pondeuses.

Alors préférez-vous des poules pondeuses (elles pondent mieux que les autres), d’ornement (choisies pour leur affection et leur présence), de chair (élevées pour la consommation), ou les trois à la fois ?

Il existe aussi des poules fermières (qui sont de très bonnes pondeuses), lourdes (plus grosses) et naines (plus petites).

Maintenant, prenez un stylo et un papier : je vais vous citer quelques races. Cela pourrait vous être utile.

  • Poules pondeuses : Gauloise Dorée, Poule de Gascogne, Marans, Vorwerk.
  • Poules d’ornement : Orpington, Houdan, Brahma, Sultane.
  • Poules de chair : Géline de Touraine, Sussex.
  • Poules fermières : Gauloise Dorée, poule rousse.
  • Poules lourdes : Cochin, Orpington.
  • Poules naines : Soie, Chabo, Bantam de Pékin.

Bien entendu, il en existe plein d’autres ! Ce ne sont que des suggestions. Alors, qu’allez-vous choisir ?

Les moments propices à l’adoption

Maintenant, parlons de quand il est possible d’adopter une poule.

En théorie, vous pouvez en acheter tout au long de l’année. Or, le printemps reste la saison idéale pour en installer dans votre jardin. Aux mois de mars-avril, les volatiles pondront rapidement car il ne fera pas froid. Mais rassurez-vous : rien ne vous empêche d’en accueillir en hiver. Vous devrez juste attendre un peu avant d’avoir des œufs frais.

C’est ce que Jean-Philippe et moi avons fait ! C’est en novembre que nous avons accueilli nos 4 poules. L’éleveur chez qui nous les avons prises nous a assuré qu’il n’y avait aucun problème. Nos cocottes adultes ne craindront pas le froid.

En parlant d’adulte… quel âge doivent avoir les poules pondeuses à l’adoption ? Mais comment n’ai-je pas pu penser à cette question ! Heureusement que vous êtes là pour me le rappeler.

Je vous conseille d’en prendre lorsqu’elles ont entre 5 et 6 mois (âge adulte). C’est à ce moment-là qu’elles commencent à pondre.

En revanche, évitez d’acheter des poussins : ils sont beaucoup trop fragiles. Ne prenez pas non plus des poules de plus de 4 ans (surtout si vous souhaitez ramasser des œufs frais tous les matins). À cet âge-là, elles pondent beaucoup moins qu’avant.

Pour en savoir plus sur l’adoption de nos gallinacées et la façon dont nous les avons accueillies, n’hésitez pas à consulter l’article Adoption de Monsieur le Coq et Mesdames les Poules. 

Loger vos poulettes dans votre jardin

Nous avons déjà réalisé un sacré travail vous et moi ! Vous avez noté le nombre de poules que vous souhaitiez et quelles races choisir. Vous avez même trouvé un éleveur avicole pas très loin de chez vous. Non, ne prenez pas vos clés de voiture tout de suite ! Il reste encore une étape avant de les accueillir. Alors, suivez-moi et partons faire un tour dans votre jardin.

Construire un poulailler

Près du potager ? Sous le cerisier ? Eh oui, il vous faut trouver un endroit pour aménager un poulailler. Impossible d’accueillir vos futurs volubiles sans leur maisonnette.

Vous ne voudriez quand même pas qu’ils deviennent des « PDF ». Des Poules sans Domicile Fixe ! Quoi ? Ce n’est pas drôle ? Ok ok, j’abandonne l’humour…

Pour que vos poules soient logées dans un cinq étoiles, il faut que vous installiez un bon poulailler. Bien sûr, l’acheter est une solution. Mais je vous le déconseille. Cela vous reviendra assez cher. Et le but n’est pas de vous ruiner.

Le mieux est de le construire. Un vrai poulailler fait maison ! Quelques planches de bois, des clous, des perchoirs et le tour est joué.

Si vous avez la fibre artistique, vous pourriez même fabriquer un château fort. En tout cas, il existe mille et une sortes de poulaillers : cabane, pilotis, et même les maisons de jeu pour les enfants. Un vrai petit nid douillet pour ces mesdames.

La grandeur d’un poulailler varie selon le nombre de poules. Jusque-là, c’est assez logique. Théoriquement, 1,5m² est suffisant pour trois poules. Mais plus il y a de place, mieux c’est ! Cela évite la propagation et la transmission des virus et maladies.

Les poules ont également des exigences en termes de confort (et nous ne pouvons que les comprendre !). Elles aiment dormir au sec (surtout l’hiver !) et se percher. Leur foyer doit donc être :

  • Isolé du froid et des courants d’air.
  • Muni de perchoirs (de préférence ronds, lisses et en bois).

Une fois que votre poulailler est prêt, n’hésitez pas à bien le garnir de paille. Vos futures poules seront ravies de dormir sur un duvet aussi moelleux !

Un poulailler

Élaborer un enclos suffisamment grand

Un poulailler seul ne suffira pas à rendre vos poulettes entièrement heureuses ! Il leur faut un endroit pour gambader et se nourrir naturellement. Il y a deux façons de faire : les laisser en liberté ou leur construire un enclos.

Beaucoup de personnes laissent leurs poules se promener en toute autonomie. Mais cette liberté à des limites (ou plutôt des risques) : les prédateurs ! Renards, fouines, chiens… Il faut savoir rester vigilant et prudent.

J’ai une petite anecdote à ce sujet ! Lorsque j’étais étudiante, j’ai travaillé plusieurs étés d’affilée dans un camping. Les propriétaires avaient des poules qu’ils laissaient gambader partout : sur les emplacements, devant les tentes, derrière les mobil-homes, etc. Elles n’étaient pas du tout sauvages et faisaient la joie des enfants. Et de tous les campeurs ! Ils adoraient cohabiter avec ces petites cocottes.

Si vous ne voulez pas les laisser en liberté, il vous suffit de créer un enclos. Comme vous l’avez deviné, les poules adorent courir et gambader. Il leur faut donc assez d’espace pour être satisfaites. On estime que l’étendue nécessaire à une seule poule est de 4 à 5m². À vous de faire les calculs selon le nombre de volubiles que vous aurez !

De quoi avez-vous besoin ? Rien de bien compliqué. Du grillage, quelques supports et le tour est joué. Pensez à créer un enclos suffisamment grand pour que les poupoules ne s’évadent pas (ça nous est déjà arrivé pour notre coq, oui oui !). Mais aussi pour les protéger des prédateurs !

Comment bien s’occuper de vos poules ?

Ça y est : vous avez enfin adopté vos chères poules tant convoitées. J’entends ces mesdemoiselles caqueter et glousser. Quelle bande de pipelettes ! Maintenant, vient une question qui a toute son importance : comment bien s’en occuper ? Eh oui, ce n’est pas tout de les adopter et les loger. Il faut aussi les chouchouter ces belles cocottes.

Les nourrir

Surprenant non ? Bien s’occuper de vos poules commence par bien les alimenter. Ne me jugez pas trop avec ce regard interloqué. Je sais que cela semble évident… et c’est pour ça que je l’évoque en premier.

Les poules sont des animaux omnivores. Elles mangent de tout. Elles picorent du grain et adorent l’herbe. Quoi de plus simple ? Autrement, les poules se débrouillent très bien pour trouver elles-mêmes leur nourriture. Elles grattent le sol pour éliminer les parasites. En vraies prédatrices, elles chassent vers, escargots, fourmis, limaces, araignées, papillons… Je n’aimerais pas être un insecte dans un enclos !

Vos cocottes puisent également leurs protéines dans la verdure, les fleurs et la salade. Oui, elles sont dingues de leurs feuilles ! Si vous avez un potager, faites attention de ne pas les y laisser entrer. Votre surface ne serait plus que champ de ruines…

Enfin, le dernier (et plus grand) avantage avec les volatiles, c’est qu’ils nettoient vos déchets en un rien de temps. En moyenne, une poule recycle 150kg de déchets organiques par an. Plutôt écologique comme animal ! Vous la régalerez avec :

  • du pain ;
  • de la croûte de fromage ;
  • des choux ;
  • des épluchures ;
  • des fruits ;
  • des pommes de terre cuite ;
  • des pâtes, riz, semoule (déjà cuits).

Et un bon appétit à vos poulettes !

Les apprivoiser

Vos nouveaux animaux de compagnie sont des êtres attachants, sociables et affectueux. Mais chaque poule a son propre caractère. Certaines se laisseront approcher plus facilement que d’autres. D’autres seront plus méfiantes que certaines. Bref, tout dépend des personnalités ! Alors que pouvez-vous faire pour les apprivoiser ?

Voici quelques conseils à prendre en compte :

  • éviter les gestes brusques ;
  • ne pas leur courir après ;
  • leur parler doucement ;
  • s’accroupir.

Ce qui importe également beaucoup, c’est le temps que vous passez avec elles. Plus vous êtes présent, plus elles vous reconnaîtront. Et vous feront confiance. C’est un cercle vertueux. Si vous passez du temps dans l’enclos, ne soyez pas passif.

Observez-les régulièrement. Au fil du temps, vous finirez par toutes les connaître : leurs qualités, tics, manies, rapports aux autres, etc.

Une relation se crée dans le temps, quelle qu’elle soit. Deux êtres humains s’apprivoisent mutuellement. Eh bien pour une poule, c’est exactement la même chose !

Leur donner de l’affection

Parce que vos p’tites cocottes sont trop mignonnes (et pleines de qualité !), elles méritent beaucoup d’affection. Et ce plein d’amour commence par un prénom. Et là, je ne peux rien vous conseiller ! C’est à vous de leur attribuer un nom qui vous plaira. Du plus classique « Cocotte », « Poupoule » au plus insolite « Poule mouillée » ou « Coq-au-vin », laissez libre cours à votre imagination.

Si elles se laissent faire, caressez-les. Elles adorent être gratouillées sous le bec. C’est même leur péché mignon… Essayez aussi au niveau de la crête, des oreilles et sous les yeux. Vous aimerez ces petits moments privilégiés autant qu’elles.

Enfin, n’oubliez pas de vérifier qu’elles ne sont pas malades. Pour savoir si elles sont en bonne santé, observez-les. Crêtes bien rouges, plumages luisants, toujours en mouvement (hors couvaison) et œufs réguliers ? Alors vos poules se portent comme un charme !

Adopter une poule (enfin non, pardon : DES poules !) est une expérience formidable. Vous le verrez par vous-même à moins que… Oui ! Je vous vois ! Installé confortablement dans le poulailler, un livre à la main. Mais vous ne lisez pas non, vous contemplez subtilement vos cocottes du coin de l’œil. Elles viennent vers vous, intriguées, prêtes à vous connaître et… à vous aimer !

À vous de prendre la parole ! Vous avez des poules ? Comment les avez-vous baptisées ? Avez-vous des anecdotes à me raconter ? Dites-moi tout en commentaire ! 😊

Partagez cet article
Pour aller plus loin…
Découvrez d'autres articles pour en apprendre un peu plus sur notre univers ! 🙂

VOUS AIMERIEZ DEVENIR AUTOSUFFISANT ALIMENTAIRE ?

Recevez maintenant par mail mon guide ultime :

« Viser l'autosuffisance alimentaire en fruits et légumes »

✅Pourquoi il est important de viser l’autosuffisance alimentaire
Les étapes à suivre pour viser l’autosuffisance alimentaire en fruits et légumes
✅Comment construire ce projet et atteindre son objectif
Commencer et développer un potager autosuffisant
✅Apprendre à conserver ses aliments
✅De nombreux tableaux, schémas et photos
✅Un tableau des fruits et légumes de saison

En vous inscrivant à la newsletter, vous consentez à ce que Le Potager d'Aillou, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de vous envoyer des communications par voie électronique. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour faire valoir votre droit d’accès, de rectification ou d’effacement, consultez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer